Quelle ne fut pas ma consternation de découvrir que cette « vision » consiste non seulement à abandonner le projet Zoo-Musée, projet avant-gardiste, porteur et générateur de nombreuses retombées positives pour la ville (en terme d’image et de revenus, mais aussi de support pédagogique pour vos enfants et petits-enfants), mais qu’en plus vous vous sépariez de façon abrupte et injustifiée de son Directeur, reconnu non seulement pour ses compétences scientifiques, mais également pour son dynamisme. Vivant sur un autre continent, ne mettant les pieds à La Chaux-de-Fonds qu’une fois par année dans le meilleur des cas pour des visites familiales, je pourrais évidemment ignorer les affaires de ma ville natale et vaquer à mes activités. Mais La Chaux-de-Fonds aura toujours une place particulière dans mon cœur et rester muet reviendrait à valider de telles décisions. Aujourd’hui c’est à la fois l’homme, l’ex-citoyen de la Métropole Horlogère et le Scientifique qui s’exprime et se pose des questions.

Avant d’en arriver à de telles décisions extrêmes, avez-vous consulté tous vos partenaires dans le dossier Zoo-Musée ? Ont-ils validé et soutenu vos décisions ? Avez-vous pensé au système de partenariat public-privé dans le but de financer tout ou partie du projet Zoo-Musée ? En d’autres termes, avez-vous tenté d’imaginer des solutions hors des sentiers battus, autres que celles qui ressemblent plus à une logique sanctionnant tout ce qui n’a pas d’utilité économique immédiate, ce qui est pour le moins décevant de la part de politiciens avec une vision d’avenir et une sensibilité sociale et culturelle ? A la lecture de votre rapport sur la stratégie globale, il est effarant de constater qu’aucun projet précis pour le futur du MHNC n’a été pensé de manière approfondie. En décapitant ainsi le MHNC, vous lui enlevez toute chance de revoir le jour. Prétendre le contraire est un mensonge politique.

Lorsque je lis dans la presse qu’un «projet» potentiel est de faire vivre les collections du MHNC (dont de nombreux spécimens type que des chercheurs du monde entier consultent) lors d’actions ponctuelles en des lieux insolites, les bras m’en tombent et je me pose d’autres questions quant aux réelles motivations. Soit cette idée absurde n’est n’avancée uniquement pour faire croire à vos élus que vous n’allez pas définitivement mettre aux oubliettes une impressionnante somme de connaissances que représentent les collections, en leur lançant un peu de poudre aux yeux «et en jouant la montre », manœuvre politicienne navrante mais malheureusement terriblement commune. Soit vous êtes sérieux et vous démontrez que vous n’avez aucune compréhension dans la manière dont de telles collections doivent être conservées et gérées. Les animaux empaillés ne sont pas des jouets qu’on sort du grenier de temps à autres pour les exposer dans n’importe quel lieu et condition. Leur inestimable valeur n’a d’égale que leur très grande vulnérabilité. Vous venez déjà de priver les habitants de la ville d’un projet nécessaire, ne leur dérobez pas encore ces collections en les mettant en péril.

Comme le relève très justement M. Jacquat, un vaisseau sans capitaine ne peut que courir à sa perte. Une telle institution a besoin d’un Directeur avec de fortes compétences scientifiques, des idées novatrices et une capacité à mobiliser des âmes enthousiastes. Ce Directeur est actuellement en place et mérite qu’on lui donne une réelle chance de mettre à jour ce projet. Donnez-lui ce mandat avec une date butoir pour réaliser cet objectif, date à laquelle il sera alors temps de prendre une décision finale.

Au nom du bon sens, de la Science, de votre conscience sociale et de l’avenir de La Chaux-de-Fonds, je vous demande de revoir votre position. Reconnaître ses erreurs est peut-être la meilleure manière de faire preuve de courage politique. Ayez ce courage ! Tentez le pari du dynamisme, pas celui de la mise en bière et de la facilité ! Explorez des solutions originales !

Veuillez recevoir, Mesdames, Messieurs les conseillères et conseillers communaux, mes meilleures salutations.

Professeur Ali Miserez
School of Materials Science and Engineering
School of Biological Sciences 
Nanyang Technological University
Singapore